Le chantier du barrage innovant de Vauxrot accueille les BTS Travaux Publics


Les étudiants du BTS TP du lycée ont pu découvrir le dernier des barrages sur l’Aisne à être reconstruit. Monsieur Brocvielle, chef de groupe Aisne Corebam et Anaëlle Marché, assistante gestion de projet Baméo nous présentent le projet : marché passé en conception-réalisation, 30 ans de contrat en partenariat-public-privé, choix technique innovant (barrage automatisé gonflant à l’eau) ainsi que les contraintes environnementales (passe à poissons).

Afin de pouvoir accéder aux travaux réalisés dans le lit de la rivière, la première des contraintes est l’accès ! Une structure provisoire : l’estacade permet d’approcher en sécurité avec les engins nécessaires au plus proche de la zone.

L’estacade vue depuis le batardeau :

Vue du dessous de l’estacade :

Afin de réaliser le radier qui va recevoir la membrane destinée à constituer le barrage, il est nécessaire de réaliser une enceinte étanche : c’est le batardeau réalisé en palplanches.

Dans le radier de 1,30 m d’épaisseur, on incorpore les rails métalliques permettant de plaquer la membrane. Cette membrane remonte sur les piles, où d’autres rails sont également prévus et évidemment les boulons permettant l’étanchéité de la membrane.

Le système gonflant : la bouchure est une membrane renforcée fixée en fond de radier et remontant le long des piles et des culées. Il est donc indispensable d’aligner les ancrages de façon parfaite afin d’y fixer cette membrane !

Le barrage est composé de 2 passes. La première passe étant déjà réalisée, on peut voir ici la pointe de la membrane émerger de l’eau. Cette membrane est ici dégonflée afin de laisser libre le passage de l’eau car l’ancien barrage à aiguilles juste en dessous est encore en activité.

Le niveau de l’Aisne est fortement monté avant notre arrivée et les éclusiers de Voies Navigables de France doivent ouvrir le barrage ancien afin d’éviter que le niveau en amont ne monte trop. Il leur faudra retirer les planches en bois formant barrage afin de libérer l’écoulement de la rivière.

Cette visite forte de savoirs nouveaux et de technique innovante en France a été rendue possible grâce à l’organisation de madame Céline DAVRIL-BAVOIS, responsable communication BAMEO, à l’accueil de monsieur François Brocvielle, chef de groupe COREBAM et madame Anaëlle Marché, assistante gestion de projet BAMEO que nous remercions vivement !

Pour plus d’informations :

http://www.bameo.fr/les-barrages

http://www.bameo.fr/sites/default/files/ac_pdffile/BAMEO-NEWSLETTERS_BAMEO-A2-MEUSE_p1-4.pdf